Les sympathiques éditions « Rue de l’échiquier » proposent décidément un catalogue BD qui sort de l’ordinaire. Nous vous en avions déjà parlé précédemment, avec des BD à tendance « feel-good », comme dans « Le tour de Belgique », ou d’autres se questionnant sur notre société, comme dans « Je préférerais ne pas ». C’est dans cette deuxième catégorie que l’on peut situer cette nouvelle publication  : « Thoreau et moi ».

Ici, nous faisons la connaissance de Cédric, quadragénaire parisien, qui fait part à ses proches de ses angoisses existentielles… quand lui apparaît l’esprit de Henry David Thoreau, un philosophe, naturaliste et poète américain du 19e siècle. Au fil des pages, il lui apparaîtra régulièrement, dans des situations de la vie de les jours  : soirées arrosées, balades en campagne, bouchons sur le périphérique parisien…

Ils évoqueront ensemble diverses questions importantes qui nous ont tous·tes déjà préoccupé·es, nous autres hommes et femmes modernes  : le besoin de consommer pour se sentir bien, le sentiment d’être passé à coté de sa vie, comment réduire son impact sur l’environnement et quels sacrifices cela suppose… Et surtout  : comment donner un sens à sa vie ?

« Le police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi que toute sa famille a été assassinée… 6 ans plus tard, Pierre Grimaud, l’unique survivant du « massacre de la rue des Corneilles », se réveille d’un profond coma. L’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est aujourd’hui un jeune homme de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. »

Voici l’histoire de Marcel Grob, jeune Alsacien de 18 ans, enrôlé de force en juin 1944, dans la Waffen SS. Mais cette histoire est loin d’être celle d’un soldat ordinaire.

Le scénariste de cette BD est Philippe Collin, auteur et producteur sur France Inter et Arte, né d’un mère bretonne et d’un père alsacien. Suite au décès de son grand-père, le frère de ce dernier devient son grand-père de « substitution ». Il s’appelle Marcel Grob et a fait la guerre du coté des Allemands, comme c’est le cas de beaucoup de « Malgré nous », ces alsaciens enrôles de force dans l’armée allemande.

« Soudainement renvoyé de son emploi, Butt, trentenaire, réexamine une à une toutes ses habitudes.

Jusqu’à se confronter à cette idée vertigineuse : et si travailler, après tout, cessait d’être l’horizon de nos vies ? »

Vaste question, abordée ici avec beaucoup d’humour par le chinois Justin Wong. Dans la ville de Hong-Kong, son héros, qui se retrouve du jour au lendemain dans une situation de « non-activité », s’interroge sur la nécessité d’être productif, sur la façon d’occuper son temps et surtout comment réapprendre à profiter de la vie.

Couv_296650Dans un futur pas si lointain, le gouvernement a trouvé la solution au problème du chômage : les personnes qui ne travaillent pas sont envoyées dans un centre où elles réalisent des « travaux forcés d’intérêt général non rémunérés ».

Marcus travaille au « centre de gestion des cas », un immense bâtiment où il conseille les chômeurs pour les aider à retrouver un emploi. Les gens font la queue des heures pour ces entretiens. La direction lui reproche d’être trop compréhensif avec ses interlocuteurs, et il reçoit de mauvaises appréciations de ses supérieurs.

Marcus a du mal à se faire à cette société. Il fait souvent le même cauchemar qui le réveille brusquement en pleine nuit, avec fracas, ce qui lui vaut des remontrances de ses voisins. Un jour, des policiers viennent dans son immeuble chercher une jeune voisine récalcitrante. Celle-ci s’échappe par la fenêtre et trouve refuge chez Marcus. Et là, tout commence à basculer…

Couv_181799Aux quatre coins de la planète, des phénomènes étranges sont observés. Des créatures fantastiques, venues d’un âge lointain, font leur apparition, notamment dans les eaux très profondes.

A commencer dans le Pacifique Sud où, lors du forage sous-marin dans le gouffre abyssal d’Arunkulta, les plongeurs de la multinationale Carthago découvrent accidentellement une caverne antique… ainsi que son occupant : le Carcharodon Megalodon, un requin préhistorique gigantesque censé avoir disparu il y a des millions d’années ! Face à la créature, les plongeurs ne font pas long feu et finissent vite dévorés.

Couv_298333Esther est une jeune écolière qui, par l’intermédiaire de son complice Riad Sattouf, nous raconte des petites histoires de son quotidien :

A l’école, où elle a trois amoureux secrets, des ami-e-s mais où elle fréquente aussi des « grandes racailles », ou encore à la maison, avec son grand frère (« cet abruti ») qui se prend pour un rappeur ou son papa qu’elle adore.

Son rêve ultime serait d’avoir un iPhone… mais ses parents ne veulent pas.

back

couv_sOn l’attendait… Enfin le voilà ! Le second tome des aventures de Fox-Boy, le super héros breton, qui n’a rien à envier à ses confrères américains ! La Loutre Masquée vous avait déjà parlé du premier tome, mais aussi des autres créations de cet auteur sympathique et passionné qu’est Laurent Lefeuvre.

C’est avec un grand plaisir qu’on retrouve ici Pol Salsedo, l’adolescent qui devient à la nuit tombée le « Garçon Renard » aux pouvoirs surnaturels. Il a grandi depuis le tome précédent, est maintenant un jeune adulte, et évolue dans une France « post-Charlie » que l’on connait bien.

album-cover-large-27005Les écoutes agitent tout le monde. La France en parle. Le monde en parle. La Lybie et  La France conviennent de faire du commerce ensemble, et le premier achète au second un programme d’écoute.

Sarkozy, Khadifi, Guéant et toute la clique est mouillée.

Les journalistes prouvent assez rapidement que les écoutes servent aussi au trafic d’armes mais cela met du temps à intéresser le public.

couv« L’enfer vert, vous connaissez ? Moi non plus. La forêt amazonienne, c’est vraiment un endroit où je n’aurais jamais eu l’idée de mettre les pieds. »

C’est sur cette phrase de Davodeau que s’ouvre le « Manuel de la jungle » . Nous vous avions déjà présenté Nicoby pour son album « À Ouessant (dans les choux) » , vous vous souvenez ? Hé bien, cette fois ce n’est pas sur une petite île bretonne qu’il nous emmène, mais en Guyane, au coeur de la jungle !

Son comparse Joub et lui-même y sont invités par un ami, pour une initiation à la vie dans la forêt amazonienne. Et cet album est le compte-rendu de cette histoire vraie. Allez, prenez place sur la pirogue, cela va bien se passer, mais oui… 😉