XXIIIe siècle. Les humains partent à la conquête de l’espace, et envoient un grand nombre de nefs en exploration, à la recherche de nouvelles planètes habitables. C’est un long voyage qui attend ces colons, qui sont mis en sommeil cryogénique. Ironie du sort : plusieurs années après leur départ, une race extraterrestre intelligente entre en contact avec les humains : les Atils. Ils leur apportent la technologie des trous de vers, qui leur permettent de voyager sans limite. Malheureusement il était déjà trop tard pour rattraper les nefs ou entrer en contact avec elles.

Alors que l’expansion humaine sur de nombreuses planètes bat son plein, une agence d’élite est créée pour retrouver ces nefs perdues dans l’immensité de l’espace, proies de tous les dangers mais aussi de contrebandiers.

Telle sera la mission de Mila Aygon et de son équipe !

Des animaux avec une cape et des super-pouvoirs… un concept qui ne pouvait pas laisser la Loutre Masquée indifférente ! 😉

Après avoir travaillé sur de nombreux projets chez Marvel et DC, le scénariste d’origine mexicaine Edgar Delgado lance il y a quelques années sa propre série : « Ultra Duck ». Il est rejoint aux dessins par Omar Lozano et Humberto Ramos.

Dans ce premier tome, nous découvrons comment Carlos, un canard un peu loser se découvre des super-pouvoirs et devient le justicier emblématique de la ville !

Si l’histoire reste somme toute assez classique, la qualité des dessins et l’univers développé sont bluffants : une ville moderne où tous les personnages sont des animaux, dans laquelle évolue un super-héros canard.

Un peu comme si Blacksad, Donald Duck ou les héros du film « Zootopie » avaient décidé d’enfiler leur cape de justicier et de combattre le crime.

Cosmik Roger, vous connaissez ? Il s’agit d’une BD publiée chez « Fluide Glacial », avec ce héros cosmique qui sillonne l’univers à bord de son vaisseau. Son but : trouver une nouvelle planète pour y accueillir les terriens, menacés par la pollution et la surpopulation.

Sauf que c’est un loser, alcoolique, minable… mais tellement drôle ! Nous avions eu la chance de rencontrer son dessinateur Julien/CDM lors du dernier festival « Quai des Bulles » à Saint-Malo.

Vous pouvez lire son interview ici !

Au cours de cette interview, il nous avait révélé qu’un court-métrage était en préparation… mais qu’il ne savait pas quand ni où cela sortirait. « Ce n’est pas pour la télévision car forcément c’est invendable en terme de grille : c’est de l’animation adulte avec du sexe et de l’alcool ! »

Attention, événement !

Voici la suite des « Royaumes du Nord », l’adaptation en BD de la série de romans jeunesse « A la croisée des mondes » de Phillip Pullman.

Un univers riche et inventif, dans lequel chaque personne est accompagnée d’un « daemon », un alter ego animal qui change d’apparence selon votre humeur.

Dans « Les Royaumes du Nord », premier roman de la trilogie décliné en trois BD, la jeune héroïne Lyra « Parle d’or » partait à la recherche de son ami Roger, kidnappé par les Enfourneurs. Pour cela, elle pouvait compter sur l’aide des nombreux personnages qu’elle croisera : des gitans, des sorcières, Lee Scoresby l’aventurier taciturne ou encore l’ours polaire en armure Iorek Byrnison… jusqu’à trouver un passage vers une autre dimension.

Dans un futur post-apocalyptique où la nature a repris le dessus sur la technologie, les humains se sont réfugiés dans des villages fortifiés, appelés « colonies ». Chaque colonie s’organise en petite société avec ses règles et ses fondements, où l’on ne vit que pour une chose : apprendre à survivre face aux Rippers, des créatures sanguinaires qui rodent à l’extérieur. Toute sortie en dehors des villages, dans la « zone de danger », est interdite.

Dans la colonie n°13, surnommée « Fort apache », arrive un train avec de nouveaux pensionnaires : les frères Archibald et Zacharias (Archer et Zack pour les intimes), deux jeunes orphelin rebelles. Ils vont devoir apprendre la dure vie dans le camp, entre l’enseignement militaire très strict, les bandes d’ados… et bien sûr les Rippers !

Attention ! Voici venir Gregory Sand : il est le marchand de sable, l’homme dont on ne retient pas le nom. Il a le pouvoir d’intervenir à l’intérieur de nos rêves et…. de nos cauchemars !

Vivant à New York, ayant pris possession du corps d’un humain plongé dans le coma, Gregory est en réalité Hypnos, le dieu des rêves.

Dans les cauchemars d’une petite fille, il l’aide à vaincre le monstre du placard qui la traumatise. Mais avant de trépasser, celui-ci annonce à Gregory Sand qu’un croque-mitaine est à sa recherche, et qu’il le défie à l’intérieur des cauchemars.

Attention, attention ! Vous allez assister à un grand moment journalistique et loutristique ! Lors du festival Quai des Bulles à Saint Malo, nous avons eu l’honneur de réaliser une interview de Julien/CDM, le dessinateur de « Cosmik Roger » !

Parue dans Fluide Glacial, cette parodie de science-fiction vaut le détour intergalactique : la Terre est surpeuplée et polluée, et le gouvernement charge Cosmik Roger de sillonner l’espace à la recherche d’une nouvelle planète à coloniser. Sauf qu’il est alcoolique, loser, minable… mais hyper drôle ! Situations absurdes, créatures improbables, voyages dans le temps rocambolesques, bistrot galactique… On est fans !

Julien/CDM nous raconte ici sa passion pour la science-fiction et les séries Z, mais aussi pour le rock’n roll et plein d’autres choses !

« Après la mort de ses parents, Claudi, quatre ans, est désormais livré à lui-même sur Perdide. Mais comment échapper aux dangers d’une planète aussi hostile ?

C’est à l’aide d’un émetteur radio laissé par sa mère que Claudi va entrer en contact avec Max, contrebandier et vieil ami de la famille. Poursuivi par la police interstellaire, Max met tout en œuvre pour rejoindre Perdide au plus vite. »

Après « Niourk », « Oms en série », « La peur géante » ou tout récemment « La mort vivante », voici une nouvelle adaptation en BD d’un roman de Stephan Wul, grand maître de la science-fiction à l’ancienne, qui a influencé toute une génération d’auteurs et de dessinateurs !

Et on a envie de dire que c’est l’adaptation la plus réussie !

motorGirlVétéran de la guerre en Irak, Samantha est revenue à la vie civile avec plusieurs blessures physiques… mais surtout psychologiques. Elle vit retirée du monde et travaille dans une casse automobile en plein désert. Mais elle n’est pas seule  : elle passe ses journée à discuter avec Mike, son ami imaginaire, un gorille au caractère bien trempé.

Une nuit, elle se réveille en sursaut, alertée par un bruit au dehors. Elle découvre alors qu’un OVNI vient de se crasher dans sa casse auto….

Couv_340430« Le réseau maîtrise l’eau.
Le réseau maîtrise l’homme.»

Voilà une BD difficile à résumer ! Nous sommes dans un monde post-apocalyptique, dont la technologie très avancée mais est le déclin, et où les dinosaures vivent parmi les hommes. Fils de parents éleveurs et anti-militaristes, le jeune berger Jarri traverse le désert pour amener son troupeau de dinosaures au marché des Nomades. Chevauchant son fidèle Stygo, il traverse les grandes plaines sillonnées d’énormes tuyaux, tout en s’assurant que ses bêtes ne manquent de rien. Mais un jour, un camion générateur d’orage anéantit son troupeau. Il décide alors d’aller dans les villes flottantes dans le ciel pour régler ses comptes avec le gouvernement totalitaire en place.