« Dans un monde futuriste, les dieux ont accordé aux humains le droit de faire leurs adieux avant de trépasser, en leur faisant quitter le monde grâce au train des morts : le Chronotics Express. »

Au moment de chaque décès, la personne qui vient de mourir reçoit la visite d’un Nexros, un sombre agent au masque noir envoyée par les dieux.

Ces agents sont eux-mêmes d’anciens criminels trépassés, dont la mission est de remettre aux défunts leur ticket pour le train qui les emmènera dans l’au-delà. Sur le quai de la gare, les défunts peuvent ainsi faire leurs adieux à leurs proches avant de monter à bord.

Dans un futur post-apocalyptique où la nature a repris le dessus sur la technologie, les humains se sont réfugiés dans des villages fortifiés, appelés « colonies ». Chaque colonie s’organise en petite société avec ses règles et ses fondements, où l’on ne vit que pour une chose : apprendre à survivre face aux Rippers, des créatures sanguinaires qui rodent à l’extérieur. Toute sortie en dehors des villages, dans la « zone de danger », est interdite.

Dans la colonie n°13, surnommée « Fort apache », arrive un train avec de nouveaux pensionnaires : les frères Archibald et Zacharias (Archer et Zack pour les intimes), deux jeunes orphelin rebelles. Ils vont devoir apprendre la dure vie dans le camp, entre l’enseignement militaire très strict, les bandes d’ados… et bien sûr les Rippers !

Attention ! Voici venir Gregory Sand : il est le marchand de sable, l’homme dont on ne retient pas le nom. Il a le pouvoir d’intervenir à l’intérieur de nos rêves et…. de nos cauchemars !

Vivant à New York, ayant pris possession du corps d’un humain plongé dans le coma, Gregory est en réalité Hypnos, le dieu des rêves.

Dans les cauchemars d’une petite fille, il l’aide à vaincre le monstre du placard qui la traumatise. Mais avant de trépasser, celui-ci annonce à Gregory Sand qu’un croque-mitaine est à sa recherche, et qu’il le défie à l’intérieur des cauchemars.

Imaginez que vous vous réveilliez dans une chambre inconnue. Vous n’avez aucune idée de l’endroit où vous vous trouvez. Vous ne savez même plus qui vous êtes. Et vous devez faire confiance à quelqu’un que vous ne connaissez pas. À côté de cela, vous découvrez que vous arrivez à déplacer les objets par la pensée et que vous entendez dans votre tête des voix qui semblent plus vraies que nature. Il y a de quoi être perturbé ! Tout cela, c’est ce que Harmony est en train de vivre…

motorGirlVétéran de la guerre en Irak, Samantha est revenue à la vie civile avec plusieurs blessures physiques… mais surtout psychologiques. Elle vit retirée du monde et travaille dans une casse automobile en plein désert. Mais elle n’est pas seule  : elle passe ses journée à discuter avec Mike, son ami imaginaire, un gorille au caractère bien trempé.

Une nuit, elle se réveille en sursaut, alertée par un bruit au dehors. Elle découvre alors qu’un OVNI vient de se crasher dans sa casse auto….

Couv_340430« Le réseau maîtrise l’eau.
Le réseau maîtrise l’homme.»

Voilà une BD difficile à résumer ! Nous sommes dans un monde post-apocalyptique, dont la technologie très avancée mais est le déclin, et où les dinosaures vivent parmi les hommes. Fils de parents éleveurs et anti-militaristes, le jeune berger Jarri traverse le désert pour amener son troupeau de dinosaures au marché des Nomades. Chevauchant son fidèle Stygo, il traverse les grandes plaines sillonnées d’énormes tuyaux, tout en s’assurant que ses bêtes ne manquent de rien. Mais un jour, un camion générateur d’orage anéantit son troupeau. Il décide alors d’aller dans les villes flottantes dans le ciel pour régler ses comptes avec le gouvernement totalitaire en place.

Couv_311643« Dans un monde fantastique où les divinités marchent aux côtés des hommes, Nura, une jeune prêtresse, tente de sauver le dieu Belsem d’une disparition certaine. Ensemble, ils partent à la rencontre du jeune souverain de Luchénia afin de trouver de l’aide.

Cependant, Nura s’aperçoit bien vite que ses intentions sont beaucoup plus obscures qu’elles le laissent paraître… »

Voilà une BD surprenante ! Entre manga et BD européenne, elle nous transporte dans un univers médiéval, zen et coloré, où l’on croise des dieux aussi bien que des humains.

Couv_288727Paris, XXe siècle. Le jeune Stanislas est interpelé dans la rue par une vieille dame. Elle lui marmonne un étrange poème et lui donne une bague, avant de mourir dans ses bras.

Stanislas trouve sur elle une étrange photo semblant dater du siècle dernier. Sur cette photo, il est troublé par la beauté envoûtante d’une jeune fille…

Avec sa petite amie Bertille, il entreprend de mener l’enquête pour en savoir plus sur cette photo. Tous deux ne savent pas encore que tout cela les mènera dans un étrange voyage, loin de Paris… et loin de leur époque !

Couv_333665« Je traque les géants. Je chasse les géants. Je tue les géants. »

Barbara est une collégienne à la langue bien pendue qui a du mal à s’intégrer. Elle n’a pas d’amie, elle est la souffre-douleur des « grandes » du collège.

En même temps, elle n’a pas vraiment besoin de s’intégrer ni de suivre en cours, car elle a déjà un métier : elle tue les géants. Elle sait que les géants sont là, tout prêts à attaquer les humains. Elle sait que, le moment venu, elle pourra sortir son énorme marteau nordique de son petit sac pour les affronter.

2260_couv« Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? »

Lubin, un jeune artiste un peu rêveur, a monté sa troupe de spectacle avec ses amis et travaille dans un supermarché pour gagner sa vie. Il a fait le pari avec son collègue et ami Léandre d’arriver avant lui au travail le matin. Mais un jour, alors qu’il croit avoir gagné, Léandre lui fait remarquer qu’il est en retard de 23 heures et 59 minutes… Lubin croit être lundi, alors qu’on est mardi. Comment a-t-il pu rater une journée entière sans s’en rendre compte ?  Il réalise doucement qu’il ne vit plus qu’un jour sur deux…

En menant l’enquête, il se rend compte qu’en son absence, une autre personne habite dans son corps. Il entreprend alors de communiquer avec cet « autre lui », par caméra interposée, et se rend compte que cet alter ego a sa propre personnalité et ses propres projets.