« Soudainement renvoyé de son emploi, Butt, trentenaire, réexamine une à une toutes ses habitudes.

Jusqu’à se confronter à cette idée vertigineuse : et si travailler, après tout, cessait d’être l’horizon de nos vies ? »

Vaste question, abordée ici avec beaucoup d’humour par le chinois Justin Wong. Dans la ville de Hong-Kong, son héros, qui se retrouve du jour au lendemain dans une situation de « non-activité », s’interroge sur la nécessité d’être productif, sur la façon d’occuper son temps et surtout comment réapprendre à profiter de la vie.

Au café Budapest, il règne toujours une certaine effervescence. Vous pourrez y croiser des gens de tous horizons : ils sont juifs, ils sont musulmans, ils sont anglais, arabes ou égyptiens, ils sont joyeux, ils sont inquiets, ils sont amoureux… C’est dans cette ambiance multiculturelle que Yechezkel, dit « Chaskel », va faire son arrivée, avec sa mère et son violon.

Le  jeune roi de Léthésie souffre d’un grave problème de mémoire : il ne retient rien du tout. Pas même les prénoms de ses deux serviteurs dévoués. Un jour, il reçoit une lettre d’invitation au grand bal de la princesse de Monaco.

Si le roi est partant pour y participer et rencontrer cette princesse, ses deux serviteurs le mettent en garde : il n’est jamais sorti de son royaume… Ses problèmes de mémoire pourraient attiser les moqueries des invités, ruiner sa réputation et celle de tout son pays !

Ils font alors appel à Simonide, un vieil homme farfelu échappé de la Grèce antique, qui sera chargé de donner des cours de mémorisation au jeune roi, pour lui permettre d’assister à ce grand bal, et séduire la princesse !

Voilà une BD surprenante !

Cette histoire pourrait être un simple conte fantaisiste, mais on se rend vite compte que c’est bien plus que cela ! Nous autres, lecteurs, allons prendre place aux côtés du jeune roi, et assister avec lui aux enseignements du vieux sage excentrique ! Nous allons donc découvrir par là de multiples astuces pour mémoriser des informations, et muscler sa mémoire.

Le festival Quai de Bulles 2018 à Saint Malo, c’est toujours un grand moment, comme vous avez pu le constater avec notre reportage photos.

Au détour d’une allée, nous sommes tombés sur le stand de NorthStar Comics, une maison d’édition indépendante associative très sympathique, aux projets ambitieux et qui méritent qu’on les soutienne !

Le stand Northstar Comics !

Nous y avons retrouvé le dessinateur Sebba, que nous vous avions présenté dans notre article sur sa série « Le Privé ».

Nous y avons aussi fait la connaissance de Laurent Arthaud, Patrice Martinez et François Maillet, les auteurs de « Hoplitéa », un comics français étonnant ! Il s’agit d’un grand hommage à la culture des super-héros, à la mythologie grecque, et à de nombreux autres univers !

Le scénariste Laurent Arthaud nous a accordé une interview pour nous parler de ce projet. Il nous présente son héroïne, ses personnages, ses inspirations. Il nous parle aussi de la difficulté d’être une maison d’édition indépendante de passionnés.

Prêts à rencontrer Hoplitéa, la Lionne de Sparte ?

4122212f3b6b9b142ba6744089f9395fLa maison d’édition Sixto, vous connaissez ? La Loutre Masquée avait rencontré il y a quelques années Olivier Keraval, qui y avait publié « Danse macabre » , un polar se déroulant dans la ville de Rennes. Nous vous avions aussi parlé de « La Nuit Mac Orlan », une virée nocturne et fantastique dans les rues de Brest.

Aujourd’hui, nous retrouvons Olivier Keraval, pour nous parler de « Arsenic », une BD créée avec le dessinateur Luc Monnerais, retraçant l’histoire passionnante d’Hélène Jégado, première « tueuse en série » de l’Histoire, condamnée à la peine de mort à Rennes et décapitée en 1852.

Si le premier tome de cette BD historique atypique est déjà disponible, le tome 2 est en cours de financement sur Ulule. Il ne reste que quelques jours pour soutenir sur ce projet, alors foncez-y : https://fr.ulule.com/arsenic-bd/

mikaelDans la forêt noire, Mikaël est un garde-forestier qui veille au grain, parle aux animaux et déteste les braconniers. Mais depuis quelque temps, il fait régulièrement un rêve étrange, avec un manoir et une jeune fille qui l’appelle. Il se réveille toujours trop tôt… avec de nombreuses questions sans réponse en tête.

Un jour, alors qu’il patrouille dans les bois, il assiste impuissant à la mort de Louis le grand cerf de la forêt, tué par un braconnier. Abattu par ce triste événement, il décide de partir au-delà de la « limite » de la forêt, d’aller explorer les profondeurs de ces bois qui semblent lui cacher bien des choses… Peut-être y trouvera-t-il les réponses à ses questions ?

corps_et_ameFrank est tueur à gages. Discret, efficace, il accomplit les missions qu’on lui donne sans sourciller et sans poser de questions. Lorsque l’un de ses clients, Gleason, le contacte pour une affaire, bien mieux payée que d’habitude, Frank accepte… sans se douter qu’il s’agit d’un piège !

Lors d’une altercation avec les hommes de main de Gleason, Frank perd connaissance et se réveille plusieurs jours plus tard dans une chambre d’hôtel miteuse. Seulement voilà, son visage, son corps, sont couverts de bandages. Et Frank découvre avec incrédulité qu’il a été opéré… pour être transformé en femme !

gout-kimchi

Le goût du kimchi dépeint la vie de Madang et de sa famille en Corée du Sud. On y découvre le quotidien de Madang, entre sa femme et son fils, âgé de seulement quelques mois, sa passion pour la cuisine et les bons petits plats, les rendez-vous médicaux de ses parents et son métier de créateur de bande dessinée.

Après Histoire d’un couple, l’auteur nous dévoile un nouvel épisode librement inspiré de son expérience, avec l’arrivée de son fils et son installation à la campagne. Dans cette nouvelle tranche de vie, il a choisi de représenter ses personnages sous forme de chats, à la mine douce et rassurante, face aux aléas parfois difficiles de la vie.

les_codeurs_de_lombre_couv

Dès le premier jour dans son nouveau collège, la jeune Hopper n’est pas très à l’aise : les lieux sont lugubres, les autres élèves ne sont pas gentils avec elle, et le bâtiment est angoissant, avec ce chiffre 9 écrit partout. Pourquoi ? Mystère… Elle parvient tout de même à se faire un ami, Eni, qui va l’aider à percer les secrets de cette école.

« Une BD d’aventures qui t’initie à la programmation ! »

Voilà une BD surprenante ! Au premier abord, elle n’est pas spécialement attirante par ses couleurs un peu ternes… mais elle devient vite passionnante ! S’adressant à un public jeune/ado, elle réussit la prouesse de nous initier de façon simple et ludique aux bases de la programmation !