Les spectacles de Casimir, les autocollants Panini et la poudre Tang, cela vous parle ? Avec « Mon père, Casimir et moi », Séverine Vidal et Nina Jacqmin nous proposent un voyage dans le temps pour la fin des années 70. Une Madeleine de Proust, un album « feel-good » qui fait beaucoup de bien !

Lorsque le jeune Louis tombe dans le coma, sa mère est désespérée. Jusqu’à ce qu’elle découvre son journal intime… Philippe Pelaez et Patricio Angel Delpeche adaptent le roman de Julien Sandrel. Le résultat est un album lumineux et coloré, qui sait mettre en valeur la joie dans les moments tristes.

Quand on est un jeune amérindien converti au catholicisme américain, l’indien enfoui au fond de soi est prêt à ressurgir à tout moment. Le jeune Georges est-il réellement prêt à faire face à cela ? Neyef signe là une ode à la différence qui reste tristement d’actualité.