« Undertaker – Tome 6 : Salvaje » : interview de Ralph Meyer


Dans le précédent tome, « L’indien blanc », Jonas Crow, n’était plus l’ombre que de lui-même. Il croise Sid Beauchamp, son ami d’enfance. Ce dernier a réussi dans la vie : il est devenu shérif dans la jolie ville de Tucson. Il lui reste encore un challenge : obtenir la main de la richissime Joséphine Barclay. Mais celle-ci a une exigence. Elle demande à Sid de retrouver le cadavre de son fils, Caleb, mort en territoire apache. Bien entendu, cette mission sera confiée à … Jonas Crow !

Lors de son enquête, Jonas apprend que Caleb a fraternisé avec les Apaches. Il a même épousé une guerrière indienne nommée Salvaje. Cerise sur le gâteau, Sid serait son meurtrier !

Dans ce nouveau tome, Jonas revient à Tucson avec le cadavre de Caleb. Il est aussi accompagné de la femme du défunt et de leur enfant. Sid est aux anges. Il va enfin pouvoir épouser Joséphine et devenir un homme puissant. Mais pour cela, il doit cacher la vérité. Qui a réellement tué Caleb ?

Nous voici plongés à nouveau dans la série « Undertaker » et cela fait du bien ! Chaque personnage est étudié sous toutes les coutures. Toujours plus sauvage et plus rude, tel l’ouest américain de cette époque. Il y a du Sergio Leone et du John Ford dans cette série !

 

Photo : Guillaume Roger Aussant ©

Bonjour Ralph ! Cela fait plaisir de vous rencontrer ! Qu’est-ce qui vous amène à Saint Malo ?

Le sixième album d’ « Undertaker » vient de sortir, donc je suis en pleine tournée de promotion. Saint-Malo reste incontournable. J’adore y passer, c’est un festival super agréable. Je suis déjà venu plusieurs fois avec Xavier Dorison (scénariste) et Caroline Delabie (coloriste).

 

Chaque histoire d’ « Undertaker » est divisée en diptyque. Pourquoi ce choix ?

C’est une idée de Xavier. Cela permet d’étoffer l’intrigue, et surtout de donner plus de place aux personnages secondaires.
Ce format devient en quelque sorte l’identité de la série. Avec Xavier, il y a toujours un sous-texte intéressant dans son scénario. On évoque des questionnements qui résonnent avec notre actualité. Le western des années 50 n’a rien à voir avec celui des années 70, et encore moins avec celui que l’on fait aujourd’hui. C’est souvent le cas de la littérature de genres, c’est le reflet d’une époque.

 

Comment se passe le travail en collaboration avec Xavier et Caroline ?

Lorsque nous terminons un diptyque, nous nous voyons tous les trois discutons des envies de chacun pour la suite. Je souhaitais retrouver l’Arizona et ses décors de Canyon. Pour le nouvel album, on y a ajouté une ambiance hivernale avec de la neige ! Tout cela part donc d’idées très diverses, puis Xavier nous propose une piste sur laquelle nous échangeons. Nous travaillons ensemble sur le rythme, les choses à ajouter ou à enlever. Xavier commence alors vraiment l’écriture définitive page par page.

On fait une lecture à voix haute et chacun donne son avis. Une fois que tout est calé, j‘attaque la partie story-board.

Mon travail de documentation commence assez tôt. J’étudie des livres, des photos, des films… J’essaie de piocher autant d’informations que possible. Cela permet de fournir à Caroline quelques pistes.

 

Comment se passe la construction des personnages ?

Xavier n’a pas d’ego surdimensionné comme nous. Pour le citer : « Il y a toujours plus dans trois cerveaux que dans un seul ». C’est un plaisir de travailler avec lui. A chaque nouveau personnage, on cherche un angle d’attaque précis. Reprenons « L’Ogre de Sutter Camp » du précédent diptyque, on voulait un personnage très rassurant dans son sourire. On est donc parti sur le modèle de Bud Spencer. Une fois le personnage cerné, on met de côté la référence initiale et on adapte le personnage à l’histoire.

 

Comment est né Jonas Crow ?

J’avais dit à Xavier « Je veux faire un western et je veux que le personnage principal soit un croque-mort ! »
Il a trouvé l’idée super sympa. Après, il a beaucoup transpiré pour convertir l’idée en un concept solide de série. Ce n’était pas gagné !
Jonas est vraiment un personnage iconique. Il est tout de suite identifiable par son apparence et son haut de forme. Il est en décalage avec le monde du western à cause de sa profession.

 

Le western, c’était naturel pour toi ?

Pendant longtemps, je me suis interdit de faire du western, car j’avais une filiation graphique évidente avec Jean Giraud, l’auteur de « Blueberry ». Je ne voulais pas paraître ridicule face à lui. Cela m’a bloqué pendant très longtemps. Un ami m’a suggéré de prendre du recul et de voir cela de façon plus générale. La BD de western est une tradition franco-belge : il y a eu Giraud mais aussi Jijé, Rossi, Boucq… Cela m’a permis de me détendre un petit peu et d’oser me lancer sur le genre !

 

Nous avons l’impression que la série « Undertaker » est très populaire. C’est le cas ?

Oui, nous sommes très étonnés. Nous avions une ambition forte, Dargaud aussi, et nous sommes contents du résultat. Quand le premier tome est paru, il n’y avait pas de western à ce moment-là, ce qui nous a été favorable. C’est le facteur sur lequel nous n’avons aucune prise !

 

Pour quand est prévue la suite ?

Un album me demande un an et demi de travail. Nous travaillons sur le septième tome en ce moment. C’est une série à succès et nous prenons le temps. Nous sommes à 100% sur chaque album !

 

Cette rencontre était une super expérience ! Le talent de Ralph Meyer est immense et cette série est géniale. Xavier Dorison et Caroline Delabie réussissent à complètement nous immerger dans leur univers. On se croirait dans une salle de cinéma !

Ralph Meyer a été récompensé cette année à Quai des Bulles par le « Grand Prix de l’affiche ». C’est donc lui qui réalisera l’affiche du festival en 2022 !

Comme indiqué sur la couverture, « Undertaker » est « toujours la meilleure série depuis Blueberry » !

Merci pour cet échange !

En bref

Série en cours (6 tomes parus)
Auteurs : Xavier Dorison, Ralph Meyer et Caroline Delabie
Editeur : Dargaud


Acheter cette BD sur le site de la librairie Critic !


Découvrir nos articles sur Quai des Bulles 2021 !


The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *