Le Journal – Tome 1 : Les premiers mots d’une Nation

A l’heure où les bruits de bottes russes en Ukraine sidèrent le monde libre depuis le 24 février dernier, à l’heure où cette guerre aux portes orientales du vieux continent fédère l’Europe jusque-là endormie, la guerre médiatique sévit aussi entre les belligérants. Plus que jamais. La presse est une arme. Et cette arme ancienne a son apogée au XIXe siècle, par l’essor de l’alphabétisation et de l’impression. Cette arme est le sujet même de la nouvelle saga historique signée Patrick Ordas et Philippe Tarral. Cette saga du Nouveau Monde débute dès la guerre d’Indépendance (1775-1783) avec un correspondant de guerre improvisé, Nathan Prius…

D’ordinaire, les maisons d’éditions de bandes dessinées mènent une politique de fidélisation de petits noyaux de scénaristes, basée et jalonnée par les succès commerciaux. Par la paresse intellectuelle parfois aussi, ou l’ostracisme dans le pire des cas. Et parfois par un noble sentiment, l’amitié. Il en va ainsi pour le scénariste Patrick Ordas (1951-2019) et les éditions Bamboo, et particulièrement pour son label Grand-Angle. Scénariste-maison mis en orbite par son confrère Patrick Cothias (1948), voisin breton avec lequel il coécrit l’essentiel de leurs albums, Patrick Ordas signa chez Grand-Angle quelques courtes séries historiques totalisant une trentaine d’albums en une trop courte décennie, dont « Hindenburg, les cendres du ciel », « S.O.S Lusitania » et son succès majeur paru en 2010, « L’Ambulance 13 », toujours coécrit avec le démiurgique Cothias. Autant dire que la disparition prématurée du prolifique scénariste en décembre 2019 n’est pas synonyme de cessation de collaboration. En effet, le jeune retraité lannionnais a laissé nombre de scénarios que son éditeur entend présenter au public dans les années à venir, pérennisant l’œuvre de l’ami disparu. « Editer a aussi une mission sacrée : celle de permettre à des auteurs de laisser une trace » précise Hervé Richez, le responsable du label Grand Angle. Déjà, l’an passé, à titre posthume, paraissait le joli album « L’École buissonnière ». Avec Alain Mounier au dessin. Car tout scénario nécessite son dessinateur. Et Mounier fit de la belle ouvrage.

Autant dire que la confiance accordée par Bamboo à Philippe Tarral (1962) est grande également. Dessinateur réaliste ayant préalablement assumé le dessin de Messmer, un titre de la collection commémorative des Compagnons de la Libération, ce après le dessin du Crépuscule des Braves (1991) sur scénario du regretté Frank Giroud et la succession graphique à Michel Rouge sur Les Héros cavaliers, le lorrain Tarral a été choisi pour assumer la mise en images du présent scénario signé du seul Patrick Ordas, « Le Journal », dont le premier tome sort en ce début 2022. Prévue en neuf tomes, cette saga au premier tome sous-titrée « Les Premiers mots d’une Nation » décrit l’histoire américain au travers de la vie d’un puissant empire de presse. Un bonheur pour Tarral, sexagénaire féru d’Histoire, française particulièrement.

Cerise sur le gâteau, ce nouveau projet permet au dessinateur de s’adonner enfin à un souhait porté depuis des années : travailler ses planches à la couleur directe. Troquant la couleur numérique jusqu’à présent effectuée par des tiers, il pratique ici l’aquarelle pour habiller ses planches dessinées et encrées en « traditionnel ». D’ailleurs, la beauté de son seul trait, sa nervosité comme son élégance rappelant quelque peu celui de Jean-Pierre Gibrat, mériterait une édition limitée en seul noir et blanc. Tout comme ses jubilatoires crayonnés d’ailleurs.

Couvrant un trait léger de croquiste étranger à la hiérarchie atmosphérique, sa couleur s’avère naturaliste, d’une touche enlevée, portée sur les tons sourds, jouant avec les aléas du travail humide de l’aquarelle, accentuant aussi grandement l’effet volumétrique, notamment celui sur les chairs et les plis des textiles. Assumant son admiration pour le Gir de Jean Giraud, le trait de Tarral lorgne désormais vers un Ferrandez ou un Gibrat grâce à son travail regroupant toutes les facettes de son dessin. Et c’est heureux. N’est-ce pas le propre – et la rareté – des vrais directions de collection, que de savoir valoriser le potentiel inexploité des auteurs ?

Fruit d’un an et demi de labeur pour la partie graphique, les 54 planches de ce premier tome du « Journal » narre donc le destin d’un empire de presse outre Atlantique. En 1781, durant la guerre d’Indépendance, un certain Nathan Prius relate les nouvelles du front dans de petits billets qu’il vend au sein de l’armée de Washington. George Ellis lui propose de publier ses articles dans son journal, ce que Prius accepte. Malheureusement, Ellis s’en attribue bientôt la paternité. Dépité, meurtri, Prius décide alors de lancer son propre titre de presse, le Liberty Sentinel, initiant ainsi un empire de presse familial qui sera le témoin privilégié de l’histoire américaine depuis son Indépendance à nos jours.

La devise du Liberty Sentinel, journal de la famille Prius, est « Nous étions là ». Patrick Ordas ne l’est malheureusement pas, il n’a pu voir la moindre planche de ce récit dans lequel souffle son grand talent narratif. Cependant, lecteurs, nous sommes heureusement là, avec grand plaisir. Et ce pour neuf titres. « Make America Great Again » !



En bref

Série en cours (1 tome paru)
Auteurs : Patrick Ordas et Philippe Tarral
Editeur : Grand-Angle


Acheter cette BD sur le site de la librairie Critic !

The following two tabs change content below.
MNC

MNC

Vénère Uderzo, exècre Pesch, adore Sfar mais à la tévé, croit que Thibert est le meilleur repreneur de Blake et Mortimer. Pour le reste, tout se discute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.