«IR$ » Tome 22 : « La résurrection des condamnés »

Le sénateur Beasley ne verra pas la fin de son troisième mandat, il est découvert mort dans son bureau après son suicide. Avant de partir, Beasley aurait donné le nom de son successeur : Larry B. Max, l’agent spécial de l’IRS (Internal Revenue Service), organe de perception des impôts aux États-Unis. Mais voilà le problème, Larry est un vrai néophyte en politique. Que signifie cette nomination ?

De ce fait, deux femmes mettent le nouveau sénateur sur la sellette. Elles l’accusent d’abus de pouvoir et d’agression sexuelle. De même, un de ses détracteurs demande sa tête, ou au moins sa démission !

Larry va donc devoir reprendre du flambeau et mener son enquête, afin de se sortir de ce pétrin…

Stephen Desberg est un scénariste prolifique, on lui doit entre autres : « Tosca », « Black Op », «Rafales », « Sherman », « L’étoile du désert », « Le scorpion »… Rien ne l’arrête ! Il maintient sans aucune complexité le cap dans la série « IR$ » et cela depuis le premier tome. Il parvient toujours à imaginer des intrigues à la hauteur des personnages comme Larry B. Max, cet ex agent spécial de l’IRS.

Bernard Vrancken suit son compère depuis plusieurs années et ne désarme pas, son trait réaliste et dynamique continue de personnaliser cette série et de la différencier.

Les adeptes de « Largo Winch » et d’« Alpha » adorent cette série, ils y reconnaissent les traits d’une Amérique abreuvée de pouvoir et de coups montés. Des agents qui se rapprochent un peu du héros de Ian Fleming, le créateur de James Bond. Cette fois encore, on est immédiatement embarqué dans cette enquête à la recherche de la vérité, et on ne lâche rien jusqu’à la dernière page.

Il s’agit du tome 22, à lire de suite !

En bref

Série en cours (22e tome)
Auteurs : Stephen Desberg et Bernard Vrancken
Editeur : Le Lombard


Acheter cette BD sur le site de la librairie Critic !

The following two tabs change content below.
McR

McR

McR a est un homme barbu mais pas méchant. Il a connu la préhistoire, et grâce à un accélérateur de particules, il a pu rejoindre la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *