« Marblegen » : interview de Noë Monin à Quai des Bulles


Dans un monde merveilleux, quatre enfants décident de partir en quête d’un alchimiste légendaire nommé Cagliostro. Pour ce faire, ils vont utiliser leurs Marblegens, des billes magiques. Chacune d’elles invoque un animal qui va leur permettre de partir dans une grande aventure !

Voici Noë Monin, un auteur prolifique entre BD et dessins animés, rencontré pour la sortie de « Marblegen », édité chez Le Lombard.

 

 

Qui est Noë Monin par lui-même ?

Je suis un jeune homme qui a fait ses armes dans la bande dessinée à Arzano en Bretagne durant des stages d’été. J’en lisais, j’en dessinais et du coup j’ai participé aux stages de BD organisés par Gwen Le Rest. Cela m’a mis le pied à l’étrier. Je n’ai pas fait d’école, ces stages m’ont cadré.
J’ai fait des études d’Arts Plastiques à Rennes après avoir été publié à dix-sept ans, lorsque j’ai gagné un concours chez Tonkam.
En 2006, j’ai sorti un premier album puis un manga. Cela m’a permis d’étudier toutes les écoles de bande dessinée. Toutes ces influences m’ont formé : je suis donc assez hétéroclite dans le milieu.

Que viens-tu de finir comme aventures ?

« Les Lames d’Apretagne » dont je suis très fier ! La série vient de se terminer. Elle est en 3 tomes, et c’est un bon tremplin pour la suite.

Peux-tu nous parler du projet « Marblegen » ?

Lorsque j’étais dans le périscolaire à Rennes, j’avais remarqué que les enfants ramenaient des billes. J’ai donc fait sur mon blog une trentaine de planches BD sur ce jeu façon « Shonen » : un jeu de billes avec des pouvoirs et des grosses attaques. J’avais travaillé avec Sylvain Dos Santos sur « Tony Parker », il m’avait dit qu’il avait adoré ces quelques planches.

Plus tard, il monte le projet pour une série d’naimation et me demande si je veux participer. J’en fait donc la première bible graphique pour qu’il démarche les producteurs. Mon dessin n’a pas été retenu pour la série animée, mais j’en reste le créateur original. Elle est diffusée sur TFOU.

Si la série en BD venait à paraître, j’étais prioritaire pour en être le dessinateur, et donc je l’ai faite.

Je vois sur la couverture qu’il y a eu six personnes pour réaliser une BD ?

J’ai monté un petit studio pour aller plus vite, mais au final, ça n’a pas vraiment été le cas.

Comme nous travaillons avec TF1, les délais sont un peu plus long entre toutes les validations. On réalise un album par an en moyenne.
Je fais le crayonné par dessus le story-board assez poussé de Christopher, Gildas s’occupe de l’encrage, et Linda fait les couleurs.

Nous échangeons beaucoup via Facebook, surtout à propos du story-board. De mon coté, je ne me prends pas trop la tête, j’amène ma petite touche, certains designs que je vais revoir. Par exemple, j’ai repris le héros des planches originelles de mon blog que j’ai fait vieillir et que j’ai réintégré à l’univers.

Tous les membres qui ont participé à cet projet viennent des BEDEASTE IMAGEURS, association du Sud Finistère, qui nous a tous formés.

Faut-il rester proche du dessin animé ?

Oui, c’est une adaptation du dessin animé. On n’est pas obligé de copier littéralement le style de ce dernier, mais on s’en inspire tout en gardant notre dessin. C’est très important pour moi à la base, je n’ai pas envie de dessiner comme le dessin animé, ce n’est pas le même médias. Cela s’est déjà vu dans « Foot 2 Rue » : c’était du copier-coller dela série animée et les lecteurs se retrouvaient donc avec deux oeuvres similaires.

L’aventure que nous avons faite est unique, spécifique pour la BD. Il est possible qu’on en parle dans la série animée. À côté, il y a aussi « Marblegen Origines » en manga par Sylvain et Grelin, qui raconte l’origine de l’univers. Il y 3 albums parus chez KANA.

Toute cette série est pensée en « cross médias » : il y a la BD franco-belge, le manga et la série animée. Il y a aussi des jeux et des jouets chez Lansay.

Au début, quand tu as lancé cette série, tu pensais à tout cela ?

Je ne voyais pas ça aussi démesuré. C’est TF1 qui gère tout. J’essaie de laisser cela à des personnes qui s’y connaissent.

Quelle est la suite ?

Nous préparons le tome 2, et j’ai un autre projet passionant qui débute chez Dupuis.

 

Ce résultat collaboratif nous fait découvrir une très belle série ! Merci Noë !

 

En bref

Série en cours (1 tome paru)
Auteurs : Sylvain Dos Santos, Antoine Maurel, Noë Monin et Linda-Laure Greff
Editeur : Le Lombard


Lire nos autres interviews !


The following two tabs change content below.
McR

McR

McR a est un homme barbu mais pas méchant. Il a connu la préhistoire, et grâce à un accélérateur de particules, il a pu rejoindre la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *