Grand Océan

« Que sait-on des premiers hommes qui ont pris la mer, fils ? En ces temps lointains où l’on croyait que le monde était plat et que l’océan s’écoulait par ses bords. Où l’on était persuadés que ces frontières extrêmes étaient peuplées des plus terribles créatures. Dragons des mers, sirènes assoiffées de sang, krakens… Tu imagines le courage ou la folie qu’il a fallu à ces hommes oubliés ? »

Nous sommes dans un futur plus ou moins proche. Les glaces ont fondu, et plusieurs catastrophes naturelles ont eu raison de notre bonne vieille Terre. Totalement submergée par les eaux, elle est devenue une nouvelle planète : Grand Océan.

A bord d’une étrange embarcation, une sorte de maison posée sur un radeau, un père et son fils dérivent sur la mer vers un but inconnu.

Qu’est-ce qui les a amenés ici ? Quelle est leur destination ? Qu’est-il arrivé à la mère de l’enfant ?

Autant de questions auxquelles le père répondra avec tendresse, en racontant à son fils de grandes histoires fantastiques. Mais à petite dose car, en même temps, ils devront braver des tempêtes ou repousser des terrifiants monstres marins. Avec ces histoires, on apprendra alors comment la mère de l’enfant a parcouru les océans sur le dos d’une baleine prénommée Charlie, ou encore comment les hommes ont reconstruit une société après le cataclysme…

 

 

Tour à tour spectaculaire et intimiste, cruelle et tendre, désabusée et optimiste, cette grande fable est très touchante. Elle a été imaginée par Fabien Grolleau, dont on avait déjà beaucoup aimé les publications précédentes : « HMS Beagle, aux origines de Darwin », « Mikaël ou le mythe de l’homme des bois », ou encore « Sur les ailes du monde, Audubon ».

On y aborde l’écologie bien sûr, mais aussi l’enfance, le pouvoir de l’imagination ou la relation père-fils, quand tout espoir de survie est compromis.

Les dessins de Thomas Brochard-Castex sont très beaux, au style surprenant et élégant, notamment dans les décors aux mille petits détails, ou encore dans les combats titanesques de créatures marines.

La Loutre Masquée étant particulièrement amatrice d’aventures en milieu aquatique (« Low », « Le Fulgur », « Aquaman », …), ce one-shot ne pouvait que lui parler !

A la lecture, on pense un peu au film « Waterworld », mais en beaucoup plus réussi ! On pense aussi à la BD « Dans la forêt » de Lomig, pour le récit post-apocalyptique intimiste et familial, dont ce « Grand Océan » serait un équivalent en milieu marin, poétique et onirique.

 

Un coup de cœur de la Loutre, une BD à mettre entre toutes les mains !

 

En bref

Un one-shot
Auteurs : Fabien Grolleau et Thomas Brochard-Castex
Editeur : Cambourakis


The following two tabs change content below.
Avatar

BennyB

Co-fondateur de la Loutre Masquée, il est né en 1743, un samedi. Son but dans la vie : rendre le monde meilleur, avec des sites internet à base de loutres. Et il trouve que Spirou a vachement plus la classe que Tintin, quand même.
Avatar

Derniers articles parBennyB (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *