Mécanique céleste

Le 7 février 2068, il ne reste plus grand chose sur Terre. Pour survivre, il faut se battre. Pourquoi ne pas jouer sa liberté à un jeu de ballon ?

Bienvenue dans un nouveau monde, qui ne correspond plus au nôtre, mais qui serait bâti sur des décombres.

Une sorte de cataclysme, dont on ignore l’origine, nous conduit à Fontainebleau en 2068. Là, vivent deux amis : Aster, une jeune fille et Wallis, un jeune garçon.

Ils évoluent dans ce décor ravagé à la recherche d’objets à vendre contre des watts, la monnaie locale, mais aussi de rations pour nourrir leur famille.

Ils vivent dans la communauté agricole de Pan, mais cette ville fait l’objet de convoitise à cause de ses ressources agricole. La nourriture est le nerf de la guerre !

Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que des pirates venus de nulle part attaquent les réserves de Pan.

Un jour, un bateau débarque sur Pan. Il en sort un ambassadeur de Fortuna, un état voisin, décidé à mettre la main sur Pan. Qui est cet homme ? D’où vient-il ? Doit-on lui obéir ?

En réalité, le deal est assez simple. Si les pirates pillent les réserves de la communauté, il ne restera bientôt plus rien. Fortuna et son ambassadeur seraient alors la seule protection possible contre ces pirates.

Pour autant, tout a un prix, et celui-ci correspond à 25 % des récoltes.

Au terme de palabres et de discussions, les élus de Pan décident de régler ce débat par « la mécanique céleste » : un jeu de balle où chaque équipe jouera sa liberté, et donc le destin de Pan. Cela va swinger !

Certains qualifient cette BD d’œuvre ancrée dans un monde post-apocalyptique. Je dirais qu’il s’agit tout simplement d’un nouveau monde avec ses nouvelles règles. Ce one-shot est mené tambour battant par Merwan qui a tout pris en main : l’écriture, le dessin et la couleur.

Nous avions laissé Merwan sur « Jeu d’ombres», « L’or et le sang » ou encore « Le bel âge ». Nous le retrouvons quelques années après pour ce chef d’œuvre !

Ce livre me fait penser aux mangas des années 80 comme la partie de Rugball de « Cobra » de Buichi Terasawa ou le film « Roller Ball » de Norman Jewison : des parties de jeu futuristes et violentes, dont les enjeux vont bien au delà de l’amusement.

Un seul petit bémol : J’aurais aimé que ces parties de Mécanique céleste durent plus longtemps, tellement elles sont palpitantes !

Bravo Merwan !

En bref

1 one-shot
Auteur : Merwan
Editeur : Dargaud


The following two tabs change content below.
McR

McR

McR a est un homme barbu mais pas méchant. Il a connu la préhistoire, et grâce à un accélérateur de particules, il a pu rejoindre la communauté.
McR

Derniers articles parMcR (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *