000Pour la première fois, la Loutre Masquée était présente au festival Utopiales de Nantes !

Les Utopiales, c’est quoi ? C’est un festival international de science-fiction, qui s’est déroulé du 1er au 6 novembre à la Cité des Congrès de Nantes, avec pour thématique cette année : le Temps !

Les domaines présents y sont très vastes, et c’est cela qui est vraiment top. On peut y rencontrer des auteurs de romans ou BD de science-fiction, mais aussi découvrir des expositions, voir une sélection de films étranges et peu ordinaires dans une vraie salle de cinéma, jouer à des jeux vidéos ou des jeux de société, assister à des conférences sur des sujets tels que les uchronies, l’adaptation de roman en BD, ou les voyages dans le temps… Vers l’infini et au-delà !

Au menu de ce retour en images :

  • un aperçu de l’ambiance
  • nos expos préférées
  • les conférences qui nous marqué-e-s !
  • les films que nous sommes allés voir !

Bon voyage !!!

Thvck2S3udzwAK8RcISPYpVjnf0FrA0A-couv-1200Si le film de Luc Besson n’a pas que des qualités, il a au moins le mérite d’avoir remis sous les projecteurs un couple de héros mythique de la BD de science-fiction : Valérian et Laureline, les agents spatio-temporels de Galaxity ! Dargaud en a profité pour demander à des auteurs de BD d’imaginer leur propre interprétation de cet univers créé par Christin et Mézières.

Après Manu Larcenet, c’est au tour d’un duo d’auteurs très apprécié chez la Loutre Masquée : tout d’abord le très prolifique Wilfrid Lupano au scénario (à qui l’on doit les désormais classiques  « Un océan d’amour », « Les vieux fourneaux », « Azimut » ou encore « L’homme qui n’aimait pas les armes à feu »), ainsi que Mathieu Lauffray aux dessins, dont le magnifique « Long John Silver » reste dans nos mémoires. Tout cela donnait de quoi se réjouir… et on n’est pas déçu du voyage !

patiencecouvPour Jack, rien n’est plus important que Patience. Patience, mais aussi le bébé qu’elle attend. Leur bébé. Seulement voilà, en rentrant un soir, Jack découvre le corps sans vie de sa bien-aimée. Et tous ses rêves d’avenir s’écroulent. Les années passent, mais Jack ne peut oublier Patience. Alors, lorsque l’occasion se présente à lui, il ne va pas hésiter à se lancer dans un véritable voyage dans le temps. Son but : comprendre ce qui est arrivé, et sauver Patience !

 

 

Magasin GénéralCôté fond

Les BD « Magasin Général » sont avant tout une ode à la vie.

Les habitants du village de Notre-Dame-Des-Lacs vivent avec peu de moyens, dans une nature rude et hostile. Les hommes partent travailler l’hiver dans les bois, dans des conditions très dures, pendant que les femmes restent seules avec les enfants, à tout gérer au village.

Qui dit petite communauté dit histoires et ragots 🙂 Les habitants de Notre-Dame-Des-Lacs en sont spécialistes et très friands ! Il se passe toujours quelque chose d’intéressant. Et une bonne bagarre n’est jamais très loin !

Couv_288281De prime abord, on pourrait croire qu’on a déjà fait le tour du thème des voyages dans le temps en BD. On pense par exemple à Valérian, aux Brigades du temps, ou encore à The infinite loop… mais non ! Giorgio Albertini et Gregory Panaccione nous prouvent le contraire, et dépoussièrent le sujet avec de nouvelles idées brillantes !

Pour commencer, il est devenu fréquent de voyager dans le temps pour ses vacances. A l’aéroport, on peut donc choisir sa destination mais aussi l’époque d’arrivée pour sa lune de miel ou pour se dépayser. La BD est d’ailleurs truffée de publicités d’agences de voyages, qui nous invitent à aller faire du ski aux côtés des mammouths, ou encore d’aller participer à un safari… chez les dinosaures !

14721726_10211223432168453_9081917806783953164_n« Infinity 8 », c’est LA série événement du moment !

Créée à plusieurs mains par des auteurs tels que Lewis Trondheim, Olivier Vatine, Boulet, Zep et beaucoup d’autres, cette mini-série est un hommage aux pulps de science-fiction des années 50.

Au programme : des voyages dans l’espace et dans le temps, des héroïnes sexy, des monstres bien gores, des scénarios foufous et un ton très décalé.

couv

Première scène : Satoru Fujinuma, 28 ans, livreur de pizza et aspirant mangaka, entame sa tournée. Traversant la ville sur son scooter, il réfléchit à sa vie, à ses espoirs et ses désillusions. Ce jeune homme peu doué pour les relations sociales peine à trouver sa place. Alors qu’il est plongé dans ses pensées, un camion fou surgit et provoque un accident.

Fin de la première scène. Et on rembobine.

1753_rot_preview

Avec « The infinite loop » , il y a de quoi être surpris ! Voici un comics français de science-fiction qui nous parle de voyage dans le temps, d’uchronies, de paradoxes spatio-temporels… mais surtout de la liberté de faire ses choix et d’aimer qui on veut…

Suite et fin des aventures de nos agents spatio-temporels : Daggy Kallaghan et Stuart Montcalm !

Pour rappel, nos agents ont la délicate mission de rétablir la courbe du temps après la mort de Christophe Colomb sur les terres d’Amérique et de la possible invasion aztèque vers l’Europe…