Spirou et Fantasio

Attention, c’est historique, mon ami ! Tu es en train de lire le cinquantième article de ce blog ! Pour marquer l’évènement, et à l’heure où Tintin s’apprête à envahir les écrans de cinéma, rendons hommage à son éternel concurrent, un grand classique, cher à notre cœur de loutre, vous l’avez reconnu… non ?

Déjà plus de 70 ans qu’il court à travers le monde : voici Spirou, un rouquin en habit de groom, reporter pour le « Journal de… Spirou » ! Il est toujours accompagné de son écureuil Spip et de son pote Fantasio, journaliste un peu râleur « mais pas mauvais dans le fond ».

Ce cinquantième article est une belle occasion de parler de cette série, car c’est un peu Spirou qui m’a fait découvrir et aimer la BD alors que je n’étais encore qu’une petite loutre…

Plusieurs époques, plusieurs styles…

La grande particularité de ce héros est d’avoir eu plusieurs époques, sous le trait d’auteurs très différents qui ont chacun apporté leur style. Sa première apparition date de 1938, dans le magazine de Spirou, sous le crayon de Rob-Vel qui passera ensuite le relais à Jijé. Les dessins sont alors très simplistes, les personnages très lisses… mais le meilleur est à venir !

Les années Franquin : la légende est en marche…

Dans les années 50, Franquin reprend le flambeau et construit autour de Spirou un univers très riche et inventif. La série devient vite incontournable. Les héros habitent le petit village pittoresque de Champignac-en-Cambrousse (avec ses habitants, ses rumeurs, son maire flegmatique…), mais sont souvent amenés à voyager aux quatre coins de la planète. Les personnages sont nombreux et donnent une saveur toute particulière à la série :

  • le Comte de Champignac, un savant qui multiplie les inventions abracadabrantesques
  • Zorglub, le « je-veux-être-un-dictateur-terrifiant » , méchant récurrent de la série
  • Zantafio, le cousin de Fantasio pas toujours très fair-play,
  • Secottine, la copine blonde un peu nunuche
  • Gaston, collègue gaffeur de Fantasio au journal de Spirou (« M’enfin ? »)
  • le Marsupilami, animal légendaire rencontré en Amérique du Sud (« Houba ! »)

Les années Fournier : quelques perles scénaristiques

Lorsque le breton Fournier prend la relève dans les années 70, il est bien déterminé à apporter sa touche personnelle à la série : ses albums sont plus poétiques, il introduit des sujets tels que l’écologie ou parle aussi de politique. Malgré des dessins pas toujours tops, ses histoires brillent par des scénarios aux p’tits oignons !

Les années Tome et Janry : l’ère moderne

Après une longue période de transition, c’est dans les années 80 et 90 que Spirou renaît sous la plume de Tome et Janry. Personnellement, c’est ma période préférée : les personnages gagnent considérablement en épaisseur, l’humour se fait plus grinçant. Délaissant l’ambiance gentillette et « bon enfant » des précédents auteurs, et visant un public un peu plus âgé, les thématiques modernes collent parfaitement à l’époque : technologie, virus bactériologique, voyage dans le temps, guerre froide, mafia …

Spirou et Fantasio partiront à Moscou, New York, en Australie… C’est un immense succès commercial et critique. Tome et Janry en profitent pour créer une série parallèle humoristique : « le Petit Spirou », qui raconte les 400 coups du héros quand il était… heu, petit, c’est ça.

Et aujourd’hui ?

Toutes ces différentes périodes ont contribué à alimenter sa légende, et son chapeau de groom est devenu l’un des emblèmes de la bande dessinée franco-belge.

Aujourd’hui encore, de nombreux auteurs donnent régulièrement leur vision de Spirou : Morvan (le scénariste de Sillage) et Munuera, suivis par le duo Yoann-Velhman, ou encore Trondheim, pour ne citer qu’eux. Ce dernier en a aussi fait une parodie assez tordante dans une aventure de Lapinot : « L’accélérateur atomique » .

S’il a souvent été comparé à Tintin, Spirou a toujours su faire preuve de beaucoup plus de caractère et reste une alternative beaucoup moins lisse en matière d’aventures bédéesques. Et puis avoir un écureuil et un marsupilami comme animaux de compagnie, c’est quand même grave plus la classe qu’un petit chien blanc, non ? 😉

Venez rencontrer Jean-Claude Fournier au festival « Pré en Bulles » à Bédée le 23 septembre 2018 !

Et retrouvez sur cette page nos articles sur les auteurs présents au festival !

En bref

52 albums + nombreuses séries dérivées
Auteurs : plein !
Editeur : Dupuis

The following two tabs change content below.

BennyB

Co-fondateur de la Loutre Masquée, il est né en 1743, un samedi. Son but dans la vie : rendre le monde meilleur, avec des sites internet à base de loutres. Et il trouve que Spirou a vachement plus la classe que Tintin, quand même.

Derniers articles parBennyB (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire sur "Spirou et Fantasio"

  • 17 Nov 2011

    Sympa ce petit blog. Je suis d’accord avec toi: Spirou est bien meilleur que Tintin!

    Et tu oublies une dimension importante dans ce rapide descriptif de Spirou: Fournier est breton! La Bretagne a donc participé à l’aventure de notre héros.

    A+. Pour un burger quizz?

    Gael.

Trackbacks/Pingbacks

  • Août 24 Les Brigades du Temps | La Loutre Masquée:

    […] la fraîcheur et la spontanéité de séries « classiques » d’antan (Spirou, Valérian, les Tuniques Bleues…) : mi-parodique, mi-sérieuse et truffée de clins d’œil, […]

  • Juil 17 Zorglub – la fille du Z | La Loutre Masquée:

    […] projet pouvait paraître surprenant : Zorglub, le grand méchant mémorable de Spirou et Fantasio, le «je-veux-être-un-dictateur», à la fois terrifant et gaffeur, est de retour ! Et cette […]