Le Manoir de Chartwell

Le Manoir de ChartwellEn 1971, le jeune Glenn est un élève un peu agité. Ses parents l’envoient au Manoir de Chartwell, un pensionnat du New Jersey réputé pour l’excellence de son instruction.

L’établissement est dirigé par Terence Michael Lynch, un personnage à l’allure d’un bon père de famille. Sa mission est de réinsérer dans le système scolaire les élèves qui ont échoué dans l’enseignement traditionnel.

Lors de l’entretien d’admission, il explique aux parents ses méthodes d’éducation. Un subtil mélange de fermeté et de bienveillance.

L’ambiance de l’institut se veut familiale, mais la discipline y est néanmoins rigoureuse. Le moindre écart au règlement est sanctionné. Sans le cacher, le directeur avoue aux parents la possibilité de châtiments corporels.

Dans les premiers jours au manoir, Glenn ne comprend pas bien ce qu’il s’y passe. Il observe les autres élèves et tente de s’insérer dans des groupes. L’attitude du directeur le met mal à l’aise. Celui qui exige qu’on l’appelle « Monsieur » est présent du matin au soir avec les élèves. Quelques fois, avant l’extinction des feux, « Monsieur », se glisse dans le lit d’un pensionnaire pour raconter une histoire.

Le Manoir de Chartwell

Et puis un jour, Glenn est convoqué dans le bureau du directeur. Pour avoir volé un paquet de gâteaux à un camarade, il reçoit sa première fessée. Cette humiliation crée un traumatisme chez Glenn. Son innocence puérile vient de lui être volée.

Glenn va passer deux ans dans le manoir. Deux ans sous l’emprise de « Monsieur ». Deux ans à subir les colères et les punitions. Deux ans à souffrir pendant les rapprochements intimes. Deux ans à essayer d’expliquer ce qu’il subit à ses parents.

Finalement, Glenn quitte le manoir. Il reprend une scolarité classique et une vie normale. Mais bien sûr, ce n’est pas si simple. La blessure est ouverte. Le traumatisme est là, persistant, comme un tatouage sur la peau. Le Manoir de Chartwell

Ce que Glenn a vécu perturbe son insertion dans la société. Ses premières années d’adulte ne sont que beuveries, cigarettes et addictions au sexe.

Cette autobiographie est d’une puissance émotionnelle phénoménale. La première partie de l’album relate les faits tels qu’ils se sont passés. Les images sont explicites et en même temps très pudiques.

La seconde partie est axée sur la reconstruction psychologique. Les dessins sont chargés et reflètent les émotions, les questionnements, les contrariétés, les frustrations et les espoirs qui se mélangent dans la tête de l’auteur.

Dans le style des comics underground américains, Glenn Head nous emporte avec lui dans les méandres de sa personnalité. Son passage à Chartwell a changé sa vie pour toujours. Sa colère se ressent dans chacun de ses dessins qui agissent comme autant de soupapes pour évacuer ses frustrations.

La pédophilie est une immondice que la société tente d’éradiquer. Pour la combattre il faut la comprendre. Et dans ce cas un dessin vaut mieux qu’un long discours.

Le Manoir de ChartwellCet album fait partie de la sélection officielle du FIBD d’Angoulême cette année !



En bref

One shot
Auteur : Glenn Head
Editeur : Delcourt


The following two tabs change content below.
TOBIO

TOBIO

Et oui je bulle. Sur mon canapé, dans ma cuisine, dans ma chambre, dans le bus, debout, assis, couché. Je bulle tout le temps et j'adore ça !
TOBIO

Derniers articles parTOBIO (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *