L’humain

500 000 ans dans le futur, un vaisseau lâche plusieurs capsules, qui viennent s’écraser sur une étrange planète. Sous le choc de l’atterrissage, une androïde est expulsée d’une de ces capsules. Elle reprend doucement ses esprits et essaie de comprendre qui elle est et ce qu’elle fait là, mais son ordinateur lui répond : « Fichiers corrompus »

Amnésique, elle va donc évoluer dans cette jungle luxuriante et affronter des créatures monstrueuse, jusqu’à rencontrer d’autres androïdes qui lui sont semblables. Ceux-ci lui apprendront quelle est leur mission : retrouver leurs maîtres Robert et June, deux humains scientifiques. Ceux-ci leur révéleront très vite qu’ils se trouvent sur la planète Terre. L’humanité a disparu depuis des milliers d’années. Ils sont restés en sommeil cryogénique en orbite autour de la Terre, le temps que celle-ci redevienne habitable.

Mais quels secrets réserve cette planète Terre après toutes ces années ?

Car oui, ce one-shot vous réservera bien des surprises ! Dans un décor de forêts vastes, peuplées d’étranges créatures, la Terre a bien changé. L’être humain, par contre, en la personne de Robert, a conservé de nombreux défauts de son espèce, et ne pourra réfréner sa quête de pouvoir. Les robots se montrent d’ailleurs plus sages que les humains et tentent de les raisonner, chose difficile quand votre ordinateur interne vous interdit de contredire deux fois de suite votre maître !

Les deux auteurs argentins Diego Agrimbau et Lucas Varela composent ici une critique de l’être humain bien ficelée. Le scénario malin, riche en rebondissements, fait penser à « La planète des singes », dont la Loutre est fan ! Mais les thèmes sont abordés de façon différente : on nous annonce d’emblée que nous sommes sur la Terre, dans un futur lointain.

Ce conte post-apocalyptique réussit aussi à dénoncer les travers de l’être humain, et à suggérer ce pourrait devenir la société actuelle. Cela nous rappelle les classiques de la science-fiction, comme « Les robots » d’Asimov, avec les lois sur la robotique, « La guerre des mondes », ou encore « 1984 ».

Un humour piquant désamorce souvent le propos grave et aère le récit. Les dessins de Lucas Varela, tout en douceur et en précision, riches en détails, donne une émotion toute particulière à cette histoire !

 

Venez rencontrer le dessinateur Lucas Varela au festival « Pré en Bulles » à Bédée (35) le 20 septembre 2020 !

Et retrouvez sur cette page nos articles sur les auteurs·trices présent·es au festival !

 

Interview de Lucas Varela :

 

En bref

Un one-shot
Auteurs : Diego Agrimbau et Lucas Varela
Editeur : Dargaud


Acheter cette BD sur le site de la librairie Critic !

The following two tabs change content below.
Avatar

BennyB

Co-fondateur de la Loutre Masquée, il est né en 1743, un samedi. Son but dans la vie : rendre le monde meilleur, avec des sites internet à base de loutres. Et il trouve que Spirou a vachement plus la classe que Tintin, quand même.
Avatar

Derniers articles parBennyB (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *