New York Cannibals

Nous sommes en 1990, à New York. Dans une salle de sport pleine d’athlètes gonflés aux stéroïdes, l’un d’entre eux se prépare à effectuer un développé couché. Mais la barre ne bouge pas, peut-être est-elle est trop chargée… Une voix féminine propose d’essayer à son tour. Une femme s’allonge, saisit la barre et fait une série, non sans stress mais avec succès. Tous les athlètes sont abasourdis. Qui est-elle?

En réalité, il s’agit de l’agent de police Azami Tanaka, une jeune asiatique imposante. Mais voilà, son médecin lui confirme que la prise de stéroïdes a un effet sur sa fécondité, Azami n’aura jamais d’enfant. Elle retourne chez son père lui annoncer la nouvelle.

Quelques jours plus tard, Azami met en fuite des braqueurs. Au détour d’une ruelle, elle découvre un nouveau-né dans une poubelle ! Que faire du bébé ? Le garder ou le rendre ? Mais à qui ?

Quant à Paul, le père d’Azami, il croit avoir revu Nadya, la femme qu’il a aimée autrefois quand il était en Russie. C’est impossible qu’elle soit à New York, elle est censée être morte au goulag…

Azami souhaite garder le nouveau né. Paul découvre qu’il a un tatouage sur la fesse. Qu’est ce que cela signifie ?

 

Cette histoire originale et palpitante de Jérôme Charyn n’était pas facile à illustrer, mais François Boucq a relevé le défi avec brio !

Le dessin est surprenant, et les couleurs plongent dans l’ambiance des années 90 : la société de consommation qui s’affirme, le sport pratiqué à outrance pour nourrir le culte de l’apparence, la finance souveraine, la montée de la délinquance … mais aussi une belle histoire d’amour !

J’y ai surtout apprécié la force d’Azami, et l’amour qu’elle apporte à son père adoptif Paul. Cet amour leur permet de sortir de bien des situations face aux pires tueurs de la Terre ! Cela se passe comme ça dans le Bronx !

Je ne connaissais pas Jérôme Charyn, et c’est une belle découverte. Son écrit associé au dessin de François Boucq créent une ambiance magique que j’ai adorée.

Cet album s’inscrit comme la suite de « Little Tulip » des mêmes auteurs, qui racontait la vie de Paul de retour du goulag. Mais on peut tout à fait lire ce nouvel album de façon indépendante, ce qui fût mon cas !

Ce one-shot paraît dans la collection « Signé » des éditions « Le Lombard ». Il s’adresse aux adultes mais aussi aux ados.

Go West !

 

 

 

En bref

2e tome indépendant d’une série en cours
Auteurs : Jérôme Charyn et François Boucq
Editeur : Le Lombard


Acheter cette BD sur le site de la librairie Critic !

The following two tabs change content below.
McR

McR

McR a est un homme barbu mais pas méchant. Il a connu la préhistoire, et grâce à un accélérateur de particules, il a pu rejoindre la communauté.
McR

Derniers articles parMcR (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *