Happy End

Mollie est en plein montage vidéo. Dans ce film, elle se présente elle-même ainsi que sa famille. En réalité, elle réalise un support pour le futur, une « capsule temporelle » comme elle appelle ça. Elle est persuadée que, dans quelques années, quelqu’un découvrira ce témoignage vidéo d’une autre époque.

Car ce qui anime Mollie, c’est le futur. Il ne s’agit pas là d’un futur agréable, mais de la fin du monde. Sa vision est partagée par son ami et voisin Oscar, un châtelain beaucoup plus âgé qu’elle. Il a tout prévu, et a même aménagé sa cave, avec une réserve alimentaire en cas de guerre.

Un beau matin, une crise mène le pays au bord du gouffre. C’est le début de la fin ! Plus d’école, plus de travail, plus d’activité… Personne ne sait réellement ce qui s’est passé, mais une chose est sure : le pays va mal ! Les gens se barricadent, et les voleurs sortent de l’ombre. Il faut remplir les placards au plus vite, et apprendre à vivre dans la peur.

Mollie et sa famille décident de se rendre au château d’Oscar, laissant leur maison derrière eux. Mais un château cela attire les convoitises. Il va donc falloir déménager à trois cent kilomètres de là, direction la pleine campagne. Certains partiront en voiture et d’autres à cheval. L’aventure commence !

Au scénario, Olivier Jouvray n’est pas à son coup d’essai, il ne compte pas moins d’une vingtaine de séries à son actif. Le voici accompagné de Benjamin Jurdic, qui assure de somptueux dessins.

J’ai adoré cette histoire dans laquelle une enfant prédit un avenir qui se réalise. La bonne idée des auteurs est d’avoir doté les personnages d’un esprit positif. On a presque l’impression de partir en vacances, alors que la fin du monde arrive !

Cette « positive attitude » est par exemple incarnée par les amis de Victor et leur compagnie de spectacles médiévaux. Ils décident de se déguiser en chevaliers armés afin de lutter contre l’ennemi éventuel.
Il s’agit aussi du papa de Mollie qui quitte sa maison sans la fermer à clé, au cas où quelqu’un veuille s’y abriter.
C’est aussi le cas de toutes ces personnes qu’ils croisent sur leur chemin : ceux qui les hébergent, ceux qui les nourrissent… La solidarité quoi ! Les travers de la société sont aussi montrés du doigt : les contrôles d’identité exagérés, et ces gens armés qui sont prêts à en découdre pour un rien.

Les auteurs ont su donner vie à une belle brochette de personnages que nous accompagnons avec plaisir. Une fin du monde qui pourrait être positive…  C’est peut être cela le début de l’ « Happy end »?

Vivement la suite !

En bref

Série en cours (1 tome)
Auteurs : Olivier Jouvray et Benjamin Jurdic
Editeur : Le Lombard


Acheter cette BD sur le site de la librairie Critic !

The following two tabs change content below.
McR

McR

McR a est un homme barbu mais pas méchant. Il a connu la préhistoire, et grâce à un accélérateur de particules, il a pu rejoindre la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *