Le don de Rachel

A Paris, Rachel vit avec un poète. Rachel est capable de lire dans l’avenir, et cela la tourmente. Son compagnon prépare un ouvrage intitulé « Le don de Rachel ». Il est inutile de demander à Rachel ce que contient cet ouvrage. Elle l’a lu alors qu’il n’est pas encore totalement écrit.

A quoi va servir ce don ? Rachel sera mise en scène dans des spectacles. Son but sera de démontrer au public qu’elle sait lire dans le futur des personnes. Or, le peuple crie au complot, et le terme « charlatanisme » commence à pointer le bout de son nez. Personne ne veut réellement croire Rachel. Peu importe, elle s’en fiche.

Elle sait lire dans l’avenir, elle sait soigner des maladies, même à distance. Et quand elle entre en transe, elle sait même parler toutes les langues, mortes ou vivantes. Un jour, elle croise le chemin d’un photographe, qui insiste pour faire son portrait, car son regard le fascine. Elle accepte. Elle soumet aussi au photographe son analyse des photos qu’il détient, le parcours des personnes qui sont venues se faire photographier.

Son destin la fera aussi croiser Houdini, qui l’associe à ses spectacles. Ou encore Alexandre Dumas, qui lui demande des démonstrations publiques. Mais à quoi sert tout cela ? Quelle est la place de Rachel dans la société ? Est-elle une magicienne ou une sorcière ?

Un beau jour, elle disparaît… pour réapparaître bien des années plus tard ?

Ce projet fou est celui de Anne Caroline Pandolfo et de Terkel Risbjerg. Pourquoi est-il fou selon moi ? L’histoire se déroule sur plusieurs siècles, durant lesquels Rachel Archer va se manifester. Non pas à la manière d’un fantôme, mais comme des sources d’idées ou des manifestations dans les rêves.

Cet album se lit comme un film animé. En effet, j’ai eu l’impression que les images défilaient devant moi, peut-être grâce aux couleurs douces ou aux images fluides, proches d’une suite de peintures.

Les dessins font un peu penser à Marjane Satrapi, dans sa BD « Persepolis » et surtout dans son adaptation en film d’animation. Il s’agit là d’un raccourci, car le style de Terkel Risbjerg ne se résume pas à cela. Le regard captivant de Rachel et la posture de son personnage principal impressionnent. En réalité, j’ai eu l’impression que Rachel était omniprésente dès le début, grâce à ses connaissances sur tout et tout le monde.

La couverture ne reflète peut être pas totalement le « joyau » que contient ce « don de Rachel ». Et quel plaisir de la voir croiser des Houdini ou Dumas !

Merci aux deux auteurs pour cette histoire qui traverse le temps avec un apaisement hors norme, de manière très fluide et très tranquille.

Il s’agit d’un « one-shot » pour adultes et ados aux éditions Casterman.

En bref

Un one-shot
Auteurs : Anne Caroline Pandolfo et de Terkel Risbjerg
Editeur : Casterman


Acheter cette BD sur le site de la librairie Critic !

The following two tabs change content below.
McR

McR

McR a est un homme barbu mais pas méchant. Il a connu la préhistoire, et grâce à un accélérateur de particules, il a pu rejoindre la communauté.
McR

Derniers articles parMcR (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *