album-cover-large-25698« Futura, une planète lointaine et oubliée. Une colonie humaine tente de survivre dans un environnement hostile. Il est dangereux de s’approcher de la grande faille et suicidaire de s’aventurer au-delà.

Mais comment retenir la curiosité de trois jeunes, insolents et rebelles ? »

Ce début d’année est décidément plein de bonnes surprises : voici une nouvelle série de science-fiction française, par Jean-Charles Kraehn. Qui n’est pas sans rappeler la série « Aldebaran » , avec sa population terrienne installée sur une planète hostile, à la faune et la flore aussi merveilleuse que menaçante.

jourj15Toujours dans la même lignée que les tomes précédents, les scénaristes, Jean Pierre Pécau et Fred Duval, nous racontent à leur manière, une autre version d’un évènement important de l’histoire de l’humanité.

Dans le dernier album, les scénaristes ne s’attaquent ni plus ni moins, à la religion catholique : La secte de Jésus de Nazareth !

Mais quel secret les papes gardent ils ?

Un archéologue fait une découverte qui le met dans tous ses états. Mais ce secret n’est pas conservé… L’assistant de l’archéologue transmet l’info à une journaliste qui le divulgue aussitôt son rédacteur en chef.

Pendant ce temps là, au Vatican, un nouveau pape est élu : Jean Paul IV. A peine nommé, on lui transmet les informations courantes et une clé qui ne se transmet que de Pape en Pape. Un secret qui dure depuis Saint Pierre. A la vue de ce secret, le nouveau Pape s’en retrouve bouleversé.

Mais quel est donc ce secret ?! Un secret de deux mille ans qui pourrait bouleverser le monde chrétien. Je n’en dis pas plus…

En tous les cas, ce secret est tout à fait possible… comme beaucoup d’autres qui ont été écrit à ce jour (je pense notamment au Da Vinci Code). Il est en plus dans l’actualité…. l’élection d’un nouveau pape et les secrets du Vatican.

C’est un album dessiné par Eric Albert. Le graphisme est sans plus. Le scénario de Frédéric Maingoval se laisse séduire par ce fameux secret et l’action est en continu dès la propagation de la découverte.

La fin de l’album est un peu trop simplet : la journaliste qui est fascinée et qui s’est amourachée de l’archéologue (très rapidement et sans réelle émotion, du moins c’est ce que j’ai ressenti) et qui lui dit qu’elle l’aime. C’est un peu vite torché pour une fin heureuse.

D’autres articles sur : Les Phylactères de Bubu