Arsenic – Interview d’Olivier Keraval

4122212f3b6b9b142ba6744089f9395fLa maison d’édition Sixto, vous connaissez ? La Loutre Masquée avait rencontré il y a quelques années Olivier Keraval, qui y avait publié « Danse macabre » , un polar se déroulant dans la ville de Rennes. Nous vous avions aussi parlé de « La Nuit Mac Orlan », une virée nocturne et fantastique dans les rues de Brest.

Aujourd’hui, nous retrouvons Olivier Keraval, pour nous parler de « Arsenic », une BD créée avec le dessinateur Luc Monnerais, retraçant l’histoire passionnante d’Hélène Jégado, première « tueuse en série » de l’Histoire, condamnée à la peine de mort à Rennes et décapitée en 1852.

Si le premier tome de cette BD historique atypique est déjà disponible, le tome 2 est en cours de financement sur Ulule. Il ne reste que quelques jours pour soutenir sur ce projet, alors foncez-y : https://fr.ulule.com/arsenic-bd/

Bonjour Olivier ! La Loutre Masquée avait déjà parlé des éditions Sixto dans nos articles sur « Danse Macabre » ou « La nuit Mac Orlan ». Pouvez-vous nous présenter en quelques mot cette maison d’éditions ? Quelles sont ses particularités ?

2090563779f254d6a0b06ab51f7708d3SIXTO est une maison d’édition spécialisée dans le Polar, elle publie des romans et des BD. Elle existe depuis 7 ans. Elle est déridée par Elise Bathany et Lionel Durand qui ont repris l’activité suite au décès de Jean-Pierre Bathany, le fondateur, au printemps 2017.

« Arsenic » raconte la vie d’Hélène Jégado, première « tueuse en série » de l’Histoire, condamnée à la peine de mort à Rennes et décapitée en 1852. Vous qui êtes plutôt habitués au polar pur et dur, qu’est-ce qui vous a particulièrement séduit dans son histoire ?

La fascination a été immédiate pour ce personnage historique. Bretonne de surcroit, elle ne pouvait que me donner envie d’en apprendre plus sur elle. j’ai rapidement découvert que les Archives d’Ille-et-Vilaine conserve un dossier très complet sur son parcours criminel. En approfondissant mes recherches, j’ai découvert cette période historique foisonnante et complexe qui est venue enrichir l’histoire d’Arsenic. Car comme le lecteur le découvrira dans le tome 2, dont l’histoire se déroule après l’exécution de l’empoisonneuse, j’ai largement ténedu l’histoire et exploité d’autres ressorts narratifs.

Cette arrestation a eu lieu dans un contexte historique et politique fort, au moment où Napoléon III renversait la République pour instaurer le Second Empire. Etes-vous passionnés par cette époque ? Quels parallèles avez-vous trouvé intéressants entre l’histoire d’Hélène Jégado et l’Histoire avec un grand « H » ?

Comme toute fiction basée sur l’Histoire, j’ai respecté scrupuleusement les dates clés des grands événements de cette période. A la lecture de nombreux ouvrages, je me suis aperçu que le coup d’état du 2 décembre 1851, à une semaine du début du procès, avait contribué à le perturber. L’avocat d’Hélène Jégado, était un républicain convaincu et à ce titre pleinement concerné par la chute de la République. D’autant plus que Baudin, le député tué à Paris, le 3 décembre 1851 devait témoigner en tant que médecin au procès. Dorange a politisé le débat jusque dans sa plaidoirie, restée célèbre, contre la peine de mort.

Tout cela se déroule dans la ville de Rennes au 19e siècle, une époque très éloignée de la nôtre. On y parcourt les rues de Rennes, telles qu’elles étaient à l’époque, on assiste à une représentation à l’Opéra, on rencontre des personnages historiques… Vous avez du faire un sacré travail de recherches, à la fois aux niveaux historique et graphique. Comment avez-vous mené ce travail ? Combien de temps cela vous a pris ?

En tout, les deux tomes ont demandé 4 ans de travail. les recherches ont été nombreuses. Pour moi comme pour Luc Monnerais, le dessinateur. Nous nous sommes imprégnés de cette période historique pour rendre crédible l’intégralité de notre histoire. Donner l’impression au lecteur qu’il est plongé dans Rennes tel qu’elle pouvait être au mitan du 19è siècle était un énorme défi. Les décors, les costumes… Tout devait s’approcher de la réalité.

bandeau-arsenic-ulule.1jdHAmWDqfc9

Comment se passe votre collaboration entre l’écriture du scénario, des dialogues et les dessins ? Quels sont les étapes de création du projet ?

La base est l’écriture de l’histoire basée sur mes recherches et mon ressenti sur le sujet. Ensuite vient l’étape du premier découpage effectué par le dessinateur, sur les bases des suggestions que je peux lui faire, puis le storyboard apparaît, c’est un brouillon de la planche définitive. Finalement on arrive à la mise au propre du dessin et au calage des dialogues qui prennent place dans les bulles.
Pour en apprendre plus, le site de Luc Monnerais sur Arsenic : http://arsenic-bd.fr/

970f981e3bd97e592c0a77a59281ef03A la fin du premier tome, Hélène Jégado arrive devant l’échafaud place du champ de Mars. A quoi faut-il s’attendre pour le tome 2 ?

Ensuite la BD bascule complètement. Une étrange lettre est confiée à Louis La Ferté par Maître Magloire Dorange dans le tome 1. Elle est la base de l’intrigue qui va suivre… Plus qu’une BD sur Hélène Jégado, Arsenic tomes 1 et 2 est une histoire sur une période historique très riche dans laquelle la figure singulière d’Hélène Jégado tient une très grande place. Ce personnage singulier, terrifiant, fonctionne comme le révélateur des nombreux contrastes de cette période historique.

Vous avez lancé une campagne sur Ulule pour le financement du deuxième tome de cette série. Où est en le financement ?

SIXTO est une maison d’édition indépendante. Cela signifie que chaque projet éditorial est un défi financier. Le marché de l’édition est très complexe et se faire une place aux côtés des géants de la BD est très compliqué. Un crowfunding est une source intéressante pour financer, en partie, un projet tel que le nôtre. Outre l’aspect financier, il génère une communication intéressante pour l’ensemble des acteurs.

Est-ce difficile aujourd’hui pour une maison d’édition indépendante telle que Sixto de trouver les financements pour publier une BD ?

Oui, évidemment. La mécanique du livre, de l’auteur au libraire, impose des contraintes extrêmes aux éditeurs. les lois sont les mêmes que vous soyez une petite ou une grande maison d’édition. Sauf que lorsque vous êtes un petit, vous n’avez pas le droit à l’erreur dans le choix de vos projets.

J’ai entendu dire que plusieurs événements sont prévus à Rennes pour accompagner la sortie de l’album. Pouvez-nous nous en dire plus ?

Oui, c’est vrai. J’organise un vernissage qui aura lieu après la sortie du tome 2, le 6 avril 2018, avec projection de planches, rencontre/dédicace avec les auteurs, à la brocante/snack Alaska. la date sera annoncée sur la page Facebook d’Arsenic : https://www.facebook.com/Lajegado/
Une expo aura lieu aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, dans le cadre des cycles BD et Histoire, au printemps 2019. Ce sera l’occasion de voir des docs d’Archives qui ont servi de base à la création d’Arsenic, des planches originales, des scénographies de reconstitution… Une expo qui sera amenée à circuler dans différents lieux par la suite. Un très beau projet !

f6e808268c79c545c836bb915286ebac

Quels sont vos autres projets à venir ?

Les projets futurs ne sont pour l’instant que très vagues. L’objectif est d’assurer la promo des deux tomes d’Arsenic, ce projet mérite vraiment que les lecteurs en entendent parler et s’y intéressent.

Merci beaucoup, et bonne chance pour votre campagne !

Merci La Loutre masquée ! A bientôt et surtout, lisez !

 

Allez, on soutient les éditions Sixto sur UIlule : https://fr.ulule.com/arsenic-bd/

Le site des éditions Sixto : http://sixto.fr/

The following two tabs change content below.

BennyB

Co-fondateur de la Loutre Masquée, il est né en 1743, un samedi. Son but dans la vie : rendre le monde meilleur, avec des sites internet à base de loutres. Et il trouve que Spirou a vachement plus la classe que Tintin, quand même.

Derniers articles parBennyB (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *