Obélix et la Transitalique

37frUn sénateur romain moisi-corrompu lance une course de chars pour prouver le bon entretien des routes romaines… alors que non, évidemment, les routes romaines ne sont pas en bon état, elles sont aussi trouées que les caisses de Rome qui se déversent dans ses poches !

En même temps, la crise du menhir amène Obélix à changer de métier : il se fait aurige et s’engage, avec Astérix pour copilote, dans cette course de chars, la Transitalique.

Obélix prend ainsi le premier rôle et le garde jusqu’à la fin de l’histoire, Astérix étant son faire-valoir : ça j’ai vraiment aimé. J’ai aimé aussi les noms des participants et les jeux de mots de Ferri : on les sent arriver, parfois de très loin, et quand ça tombe, quel régal !

L1030270

Mais l’histoire est plutôt plate : l’équipage des méchants n’a pas de personnalité et se dégonfle comme une baudruche, les autres équipages sont parfois sympas (mes préférés : les Bretons !), mais il y a peu d’interaction entre eux, pas d’entraide, pas d’alliance, et des rebondissements mous comme des figues corses. Comble du pire : les Bretons boivent de l’eau chaude !!

L’album est néanmoins un très bon moment de lecture.

L1030272

En bref

Série en cours, tome 37

Scénario : Jean-Yves Ferri

Dessin : Didier Conrad

Editeur : Albert René

The following two tabs change content below.
Ccx

Ccx

Le chocolat, le trombone à coulisse et quelques BD meublent son existence calme et douce comme un kleenex !
Ccx

Derniers articles parCcx (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *