Princesse Sara – Pour une mine de diamants, T1

61cSriwMykL._SX359_BO1,204,203,200_

Ce qu’en dit l’éditeur :

Sara a toujours vécu aux Indes, quand son père, le capitaine Crewe, l’emmène parfaire son éducation dans un pensionnat de jeunes filles à Londres. Les amitiés se révèlent avec Ermengarde et la petite Lottie, et les inimitiés avec cette peste de Lavinia et surtout la directrice pète-sec : Miss Minchin. Néanmoins, grâce à sa richesse et son talent dans tous les domaines, Sara devient vite la star du pensionnat, d’autant que son père lui envoie des lettres surprenantes : il investirait dans des mines de diamant… Miss Minchin rivalise d’imagination pour flatter et gâter son élève, jusqu’au jour où deux avoués se présentent au pensionnat. Le capitaine Crewe est mort ruiné, laissant sa fille sans le sou.

Mon avis 

Vous ne le savez peut-être pas mais jusque-là, je n’avais plus lu de BD depuis au moins 10 ans et mes lectures s’orientaient plus vers Astérix, Cédric, Boule & Bill ou encore Tintin. Mais, et c’est là que le drame commence… une librairie spécialisée BD, comics et manga a ouvert récemment à côté de chez nous !

Après avoir mûrement réfléchi, je me suis donc décidée à y rentrer sans savoir du tout vers où m’orienter. Les plus grands fans de BD ne me contrediront pas en disant que lorsque l’on commence à se mettre aux comics et autres, il faut « toucher à tout » afin de trouver le style qui nous correspond vraiment. J’ai donc expliqué à la libraire mon problème et après quelques questions sur mes dernières lectures, cette dernière m’a conseillé de lire Princesse Sara tout comme l’avait fait ma meilleure amie.

La BD reprend l’œuvre originale de Frances H. Burnett, la petite princesse, mais l’autrice Audrey Alwett y ajoute une petite particularité, l’introduction de « robots » dits Live Dolls. Ayant déjà lu l’œuvre originale, je savais d’ores et déjà que l’adaptation serait radicalement différente. Et pourtant, cela ne m’a absolument pas dérangé. Les illustrations sont très belles, le dessin reprend un peu le style japonais et les couleurs sont sublimes. On rêve aussi devant toute la panoplie de robes que possède Sara.

Au-delà de l’aspect esthétique, un autre point m’a frappé. On peut quand même y voir une certaine morale notamment lorsque la directrice du pensionnat fait tout son possible pour s’attirer les bonnes grâces de la petite (et donc la richesse de son père) alors qu’elle la méprise profondément, la cupidité et la renommée étant pour elle plus attirantes que l’honnêteté. Cela engendre forcément de la jalousie auprès des autres pensionnaires du centre… Bref, je ne vous en dis pas plus 😉

Pour finir, je pense que tout adulte peut lire cette BD qui n’est pas uniquement destinée à la jeunesse. Cette série est en cours. À l’heure actuelle, 8 tomes sont parus et disponibles aux éditions Soleil, en librairie.

princesse-sara,-tome-1---pour-une-mine-de-diamants-2955553

 

Informations supplémentaires  : 

  • Alwett, Audrey
  • Moretti, Nora
  • Boccato, Claudia
  • Éditeur : Soleil
The following two tabs change content below.
Jeune blogueuse culinaire à la base mais aussi passionnée par les loutres, j'ai décidé il y a peu de recenser mes lectures sur mon blog. Et puis un beau jour, j'ai eu une irrésistible envie de me remettre à lire des bandes dessinées...Vous trouverez donc ici mes avis et chroniques littéraires à bulles ! A très vite les loutres ! Retrouvez moi sur http://www.unavocatencuisine.com pour d'autres aventures !

Derniers articles parUnavocatencuisine (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *